Zeus serait-il devenu fou?..
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Maow ♥ ? [Jules]

Aller en bas 
AuteurMessage
Hermès
Incorrigible voyou...
avatar

Masculin Localisation : Ici et là... Je suis le Dieu du Voyage après tout ☺
Emploi/loisirs : Dieu des Voleurs, des Marchands et des Voyageurs, de la Chance, de l'Ingéniosité et de la Richesse, Messager Divin
Humeur : Indéfinissable

Feuille de personnage
Nature: dieu
Relations:

MessageSujet: Maow ♥ ? [Jules]   Mar 2 Nov - 3:57

    C‘était… intéressant.

    Voilà la première pensée qui était sortie de son esprit tortueux quand il avait ouvert les yeux, pour se retrouver dans sa toge chamarrée, roulé en boule, avec devant son regard indéfinissable deux pattes délicatement croisées et indéniablement félines. Intéressant, sans aucun doutes possible. Au même tire que les moustaches qu‘il agita sous la surprise, la queue qu‘il fit battre légèrement derrière lui, les griffes qui se trouvaient au bout des pattes susmentionnées, les poils qui recouvraient maintenant tout son corps, la place ridicule qu‘occupait le dit-corps dans le lit où il c‘était endormit, au cœur de son Palais, la distance à laquelle il se trouvait du caducée qui n‘aurait pas dû quitté sa taille, toujours accrochée à une ceinture qui ne ceinturait plus rien.

    Sans compter la furieuse envie qu‘il avait de s‘étirer de tout son long et plusieurs fois en ronronnant, ce qu‘il avait fait, bien entendu. Il n‘était pas du genre à refuser les envies de son corps et de son esprit, et ce au mépris de toute considération sur les modifications apportées à sa personne.


    « Maow ♥ »

    C‘était le premier « maow » qui lui échappait, exprimant le contentement, et il s’était arrêté, surprit, avant de bondir souplement au sol puis de se déplacer souplement devant son miroir pour constater ce qu’il avait déjà comprit. Lui, Hermès, Dieu des Voleurs, des Marchands et des Voyageurs, de la Chance, de l'Ingéniosité et de la Richesse, Messager Divin et tout le toutime était devenu… Un chat. Un très beau chat, il fallait l’avouer. Son pelage était un mélange de blanc, notamment au niveau du cou et des pattes, de noir et de différentes nuances de brun, l’ensemble étant du plus bel effet, et il était doté d‘une sublime queue qu‘il fit bougée par jeu. Ses moustaches, sensibles, étaient magnifiquement placée et ses yeux, plus clairs qu‘avant, restaient mystérieux.

    Mais il était un chat.

    Plusieurs hypothèses avaient défilées dans son esprit tortueux mais si ingénieux. Premièrement, il envisagea une malédiction. Pourquoi pas de sa « sœurette » - qui n’en était pas vraiment une - la belle Aphrodite. Pour se venger à contrecoup du message qu’il lui avait apporté, qui pouvait savoir jusqu’où elle irait, en bonne incarnation de tous les caprices de la femme libre ? Ou alors de n’importe quel autre membre de sa famille, pour une quelconque bêtise qu’il avait pu faire - et elles étaient nombreuses. Il était effarant de voir jusqu’où les gens étaient prêts à aller pour un simple petit vol de rien du tout. Mais si on l’avait maudit, ce n’était pas près de lui servir de repentance. Il se trouvait vraiment très beau sous cette forme féline, et il se plaisait plutôt bien.

    Après qu’il ait eût envisagé plusieurs autres solutions, parfois très farfelues, et guère plus convaincantes, quelque chose au plus profond de lui avait enfin consentit à se réveiller, comme s’il avait été alanguit par son état de chat, à moins qu’il ne l’ait sciemment ignoré jusque là, s’amusant trop avec ses hypothèses allant du possible à l’invraisemblable. Ce « quelque chose », c’était le simple savoir d’un fait tout aussi simple : c’était son Père. La cause de son état, et sans doutes de quelques autres surprises, c’était Zeus, Roi des Dieux et Maître de la Terre. Juste lui, et la folie qui semblait c’être emparée de lui. Et tout cela amusa follement Hermès. D’une simple pression des pattes, il avait décollé jusqu’à la fenêtre, pour contempler sa cour, où il avait trouvé… Quelques autres animaux.

    Visiblement, tous ses esclaves avaient aussi été transformés. Et en entendant, de son ouille encore plus aiguisée que d’habitude, les cris et bruits tout autours, il en déduit que ce n’était pas une faveur spéciale juste pour lui et les siens. Nouvelle vague de sa voix intérieur : pour changer, ils devraient résoudre l’énigme d’un Sphinx apparu à l'Acropole d’Athènes. Et, bien entendu, comme il l’avait vérifié tout de suite, ils n’avaient plus le moindre pouvoir de transformation. Le Sphinx et ses redoutables énigmes, reposant dans la cité d’Athéna la Sage, pour empêcher Dieux et Mortels de retrouver leur véritable apparence… 


    « Maow ♥ »

    Sur cette sage parole, il s‘était étiré de nouveau délicatement sur son appui de fenêtre, ronronnant doucement. Tout cela s‘annonçait follement et proprement amusant !

    *************************

    Quelques temps plus tard, Hermès, toujours sous son apparence de chat, parcourait délicatement le sous-bois de la falaise surplombant Athènes. Il aimait vraiment bien cette forme, et avait décidé de la garder encore un peu. Non pas qu‘il ne soit pas passé devant le Sphinx. Descendant souplement du Mont Olympe, s‘amusant à passer d‘un nuage à l‘autre comme s‘il avait besoin d‘un quelconque soutient, il avait été le premier à trouver le chemin de l'Acropole se matin-là. Avant tout le monde, il avait entendu la Première Énigme de la créature envoyée par Zeus. Et avant tout le monde, il l‘avait résolue. Avec une facilité insultante, et après seulement quelques secondes d‘une réflexion paresseuse.

    On est Dieu de l‘Ingéniosité ou on ne l‘est pas, hein ?

    Il avait décliné l‘offre de retransformation directe, se contentant du retour de ses pouvoirs de métamorphose. Quand il voudrait revenir à son apparence normale il le pourrait très bien tout seul. Souhaitant bonne chance pour ces journées sans doutes ennuyantes à un Sphinx qui n‘avait pas réagit, il était ressortit sur coussin d‘air, impatient de s‘amuser sous sa forme féline maintenant que cette formalité était réglée. Il fût prit d‘un fou-rire félin irrépressible en ressortant, imaginant comment Arès allait s‘en sortir, en quoi il avait bien pu être changer, et combien de temps il allait rester sous sa forme animale avant d‘avoir un éclair de génie ou que quelqu‘un ne le prenne en pitié et ne l‘aide.

    Bon, d‘accord, il était mesquin et méchant. Mais c‘était pas nouveau ça… Et puis en plus là ce n’était que dans son esprit.

    Quand même, il serait bien resté juste pour voir sa famille arriver et en quoi ils avaient été changés. Mais il pourrait découvrir ça plus tard, pour l‘heure il voulait explorer un peu. Passant dans les rues de la ville, encore plus incognito que d‘habitude, il croisa quelques souris qui furent épouvantés et ressentit l‘envie diffuse de les croquer. Visiblement, les athéniens auraient du travail pour recenser tous leurs morts quand ce serait fini, parce que toutes les espèces étaient là, et que les prédateurs n‘hésitaient pas toujours à se lancer à la poursuite de leurs proies « naturelles ». Il eût une petite pensée pour une certaine personne, et en tant que Dieu de la Chance lui en souhaita beaucoup pour survivre…

    Mais c’était loin de suffire pour le détourner de son exploration. Il délaissa la cité, préférant y revenir plus tard, quand la situation aurait eût l’occasion de dégénérer, et se dirigea vers les alentours. Pour arriver ici, sur cette falaise, en un seul bond de ses divines papattes. Il s’amusait bien à faire le chat, pas à dire. Soudain, alors qu’il croyait le coin désert hormis quelques « vrais » animaux, il vit devant lui, contemplant Athènes, un furet. Mais pas un « vrai » furet. Et, plus insolite, un furet qui avait un petit il-ne-savait-quoi de familier. Curieux, il s’approcha de lui, silencieux comme d’habitude et en fait plus encore que d’habitude, ce qui était totalement surnaturel et impossible à entendre pour qui ou quoi que ce soit en ce monde ou dans l’Olympe. Percevoir peut-être, pour certains. Mais pas entendre.

    Une fois plus près, il étudia la bestiole, sans parvenir à déterminer de qui il s’agissait. C’était pas une divinité. Mais il l’avait déjà. Vu. Se léchant la patte avec interrogation, il laissa échapper l’expression la plus parfaite et la plus absolue de la dite interrogation.


    « Maow ♥ ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jules

avatar

Masculin
Feuille de personnage
Nature: demi-dieu
Relations:

MessageSujet: Re: Maow ♥ ? [Jules]   Ven 5 Nov - 15:22

Pour Jules, fils de la déesse de l'Amour et d'un mortel croisé un jour, il n'était en rien surprenant de se réveiller sur la poitrine chaude d'une jeune femme nue sous une couverture. Rien de particulièrement étonnant à ce que cette même femme se mette à hurler, ou à pleurer ce même matin, que ce soit de plaisir, de remords ou de terreur à l'idée que quelqu'un les retrouve enlacés. Non, ce qu'il y avait d'étonnant ce matin-là, c'était que la jeune femme continuait de hurler lorsqu'elle regardait le demi-dieu. Avec une sandale à la main. D'ordinaire, c'était plus le mari/le frère/le père, bref le tuteur qui le mettait dehors -et encore, lorsque Jules se faisait prendre. Mais lorsque la jeune femme lança un tissu -qui devait être sa tunique à lui- sur le demi-dieu et qu'il disparut dessous, il comprit qu'il devait y avoir quelque chose qui clochait. Quand il se dégagea de la pièce de tissu, la jeune femme avait continué de trembler, malgré les paroles rassurantes que Jules répétait.
-Shhht... Calme-toi. Sinon ton père va arriver. Je sais que tu as peut-être peur, mais il ne faut pas t'inquiéter. Le mal est fait... Enfin, le bien plutôt, non? Tu n'es pas d'accord?
-Ça... ça parle en plus ! Dehors!

Comment ça, ça parle? Jules pencha la tête sur le côté, pensif, quand la fille de l'Athénien le saisit, lui en entier et non pas une seule partie de son corps, au contraire de la nuit précédente, où elle gémissait en même temps. Non, là, elle pleurait et montrait du dégoût. Le demi-dieu se posa la patte sur la tête pour réfléchir, comprenant que se débattre ne servirait à r... la PATTE? Quelles pattes? Il avait de si belles mains, douces et fortes à la fois, et, et... Qu'avaient donc les dieux pour lui faire ça... Il les respectait toujours, ne touchait jamais aux prêtresses, ni aux jeunes femmes qui étaient destinées aux temples. Il honorait les dieux, sa mère, ses tantes et ses oncles.
Non, franchement, Jules ne comprenait pas. Et puis, c'était quoi cet animal? C'était long, fin, comme un rat mais en plus joli, un poil plus soyeux -mais ça, c'était peut-être aussi dû à son hygiène exemplaire qui ravissait à chaque fois Apollon quand ils se voyaient-, bref, un animal très beau -à l'image de l'Homme, se rengorgea Jules- mais un animal tout de même. Et pas très grand, l'animal. Moins résistant que l'homme, apparemment, puisqu'il venait de se faire balancer par la fenêtre, ses vêtements par-dessus lui. Dans la poussière de la rue. Il se mit aussitôt à courir, entendant sans écoutant les conversations. Apparemment tous avaient été transformés, mais tous avaient de nouveau leur vraie apparence. Enfin presque. Il n'avait même pas envie d'aller voir le Sphinx dont tous parlaient. Juste de partir, au calme. Être un furet -il avait enfin retrouvé le nom de l'animal- n'apportait pas tellement d'avantages.

Se faufilant entre les passants qui hurlaient parfois lorsqu'ils le voyaient, Jules se glissa hors de la ville, dans les forêts, seul endroit paisible. Il commençait à faire sa toilette de son périple, contemplant la cité, lorsqu'il sentit quelqu'un derrière lui. Ne bougeant pas, continuant comme si de rien n'était, il attendit que l'autre révéla sa présence. Un chat? Un très beau chat, certes, mais dont les yeux avaient une lueur très peu féline, plutôt humanoïde et même carrément tendance divine. Ainsi donc, tous ne s'étaient pas retransformés?

« Maow ♥ ? »

Plissant ses yeux de furet, Jules contempla l'animal. Étonnamment, il y avait quelque chose dans son ton qui lui rappelait quelqu'un. Un proche. Jules, allongé sur l'herbe, appuya sa tête sur sa patte, et fit craquer le cou, position et geste que pour ainsi dire lui seul faisait lorsqu'il réfléchissait en étant allongé.
J'ai l'impression de te connaître... Tu ne peux pas être Zeus, à moins qu'il n'ait à nouveau changé de forme préférée. Hadès? J'en doute, tu aurais eu un autre regard, plus carnassier. Héphaïstos... n'aurait pas pris cette apparence. Je doute même qu'il se soit jamais transformé. Je ne vois plus qu'Arès, Apollon ou Hermès, puisque Poséidon doit nager, à l'heure qu'il est. Pareil pour Dionysos, enfin, lui doit être dans les montagnes. Pour moi, Arès aurait pris un animal plus fort, plus grand, comme un lion, un loup ou un tigre, enfin, ça lui correspondrait plus en tout cas. Apollon... Peut-être un oiseau, pour rester près du soleil. Je ne vois donc plus qu'un de mes parents pour avoir pris -volontairement ou involontairement- la forme du chat. Que ce soit pour sa souplesse, son côté malin presque vicieux -Jules sourit malicieusement- et sa rapidité. Hermès, serait-ce toi, mon oncle? Ajouta le demi-dieu, fier de sa déduction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hermès
Incorrigible voyou...
avatar

Masculin Localisation : Ici et là... Je suis le Dieu du Voyage après tout ☺
Emploi/loisirs : Dieu des Voleurs, des Marchands et des Voyageurs, de la Chance, de l'Ingéniosité et de la Richesse, Messager Divin
Humeur : Indéfinissable

Feuille de personnage
Nature: dieu
Relations:

MessageSujet: Re: Maow ♥ ? [Jules]   Lun 8 Nov - 0:50

    Les mimiques de la bestioles n’étaient pas vraiment animales… Elles étaient plutôt imprégnées d’une Humanité latente. De plus près, son aura lui était véritablement familière. Il l’avait déjà vu. Et plus d’une fois. Et même s’il n’était certainement pas un Dieu il était indubitablement… de sa famille ? Distraitement, il huma l’air… et reçu la confirmation de ce qu’il pensait. Il le connaissait, et il était de ça famille… Cette fragrance… hum… Il aimait autant ses sens félins que son apparence !

    « J'ai l'impression de te connaître... »

    Il n‘était pas le seul ! Mais Hermès se contenta de sourire tranquillement, son habituel sourire en coin se faisait très… très… félin. Il n‘y avait pas d‘autres mots. Tranquillement, il posa ses fesses de chat sur le sol, attendant la suite.

    « Tu ne peux pas être Zeus, à moins qu'il n'ait à nouveau changé de forme préférée. Hadès? J'en doute, tu aurais eu un autre regard, plus carnassier. Héphaïstos... n'aurait pas pris cette apparence. Je doute même qu'il se soit jamais transformé. Je ne vois plus qu'Arès, Apollon ou Hermès, puisque Poséidon doit nager, à l'heure qu'il est. Pareil pour Dionysos, enfin, lui doit être dans les montagnes. Pour moi, Arès aurait pris un animal plus fort, plus grand, comme un lion, un loup ou un tigre, enfin, ça lui correspondrait plus en tout cas. Apollon... Peut-être un oiseau, pour rester près du soleil. Je ne vois donc plus qu'un de mes parents pour avoir pris -volontairement ou involontairement- la forme du chat. Que ce soit pour sa souplesse, son côté malin presque vicieux... et sa rapidité. Hermès, serait-ce toi, mon oncle ? »

    La tirade déductive, bien que finalement juste, était impressionnante de longueur, et il en profita d‘ailleurs pour faire un peu sa toilette, l‘air pas du tout tracassé par la situation. Après un coup d‘œil pour confirmer que le petit avait fini, il lécha une dernière fois sa patte avant de relever la tête.

    « Maow… Tu es incorrigible… Maintenant, à cause de toi, mon esprit va se tortiller en tous sens pour m’imaginer ce que Père a bien pu choisir… Oh, je me demande vraiment ce qu’il a fait d’Héphaïstos… Ou d’Arès… Je le verrais bien en éléphant, à charger comme un furieux… Comme le dit Athéna - qui elle fait sûrement la chouette, pas dur à deviner - un incorrigible bourrin… Oh et sa tête devant les énigmes enfantines de ce Sphinx ! »

    Il ne pu s’empêcher d’en rire une nouvelle fois. Arès en train de se casser la tête sur une énigme de vérité ou mensonge… Il répondrait probablement un truc du style « Il prend n’importe quelle porte et il défonce ce qu’il y a derrière ! »… Oh, Zeus, il regrettait de ne pas voir ça ! Se léchant l‘autre patte pour reprendre son sérieux, il reporta son attention sur le furet.

    « Maow… Allez, je te pardonne, tu m’as fait rire… Mais tout de même, si ta réflexion n’était pas mauvaise, on peut faire plus court… Moi je n’ais eût qu’à humer l’air autour de toi… »


    Pour illustrer son propos, il renifla de nouveau l‘air de sa féline truffe, et sentit de nouveau le parfum entêtant qui l‘avait déjà fait tilter.

    « Et les odeurs féminines qui y flottent… Pour savoir que c’était toi, mon très cher neveux… »

    Aillant fini de se lécher les pattes maintenant bien propres, le chat-dieu releva la tête et adressa un nouveau sourire très félin à son dit neveu… Enfin, il l‘appelait « neveu », de la même façon qu’il appelait sa mère « sœur », même si c’était en fait un cousin à quelques degrés.

    « Maow… Alors Jules, tu as eu un réveil agréable ? A te voir, tu n’as pas dû aller voir le joujou que Père à placé pour débiter ses stupides énigmes, car trouver la réponse présente bien moins de difficultés que de deviner mon identité… Tu t’aimes autant en furet que moi en chat ? »

    Malicieux, il s‘étira, autant parce qu‘il en avait simplement envie que pour souligner sa parfaite silhouette de félin. Oui, il aimait décidément bien ce corps… Pas de doutes, il le réutiliserait à l‘occasion, sûrement souvent pendant un siècle ou deux, plus de temps en temps…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Maow ♥ ? [Jules]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Maow ♥ ? [Jules]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Briket Jules Walter yo ap fè chimen.
» Demande de promotion de Jules Vayne
» [UPTOBOX] Le Corbillard de Jules [DVDRiP]
» Sur le tombe de son père Jules Tailleroche
» Jules @jules.lefebvre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Foll'Attique :: L'Attique :: 
Les forêts
-
Sauter vers: