Zeus serait-il devenu fou?..
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Hermès

Aller en bas 
AuteurMessage
Hermès
Incorrigible voyou...
avatar

Masculin Localisation : Ici et là... Je suis le Dieu du Voyage après tout ☺
Emploi/loisirs : Dieu des Voleurs, des Marchands et des Voyageurs, de la Chance, de l'Ingéniosité et de la Richesse, Messager Divin
Humeur : Indéfinissable

Feuille de personnage
Nature: dieu
Relations:

MessageSujet: Hermès   Lun 25 Oct - 22:33

.


Votre Personnage


    Marbre d'identité

    Nom - /
    Prénom - Hermès
    Âge - Vous aimeriez bien le savoir….
    Groupe/Race - Dieu


.
Le fond et la forme.
Personnalité & apparence physique
.


LE FOND (Personnalité) :


Habile. Mieux, ingénieux. Voilà le premier mot, celui qui caractérise le mieux l’essence même d’Hermès. Il n’est pas pour rien le Dieu de l’ingéniosité. Son propre esprit l’est sans conteste possible. Tortueux, incompréhensible, peut-être même fou, selon une certaine acceptation du terme, il est tout cela, et bien plus encore. Sa parole est aussi vive que son corps, ses pensées aussi lestes que ses mains. Il est capable d’envisager mille et une choses à la fois, et de mener à bien une réflexion pour chacune d’entre elles, sans avoir besoin de se forcer, sans efforts, avec naturel. Il le fait sans peine, depuis le jour de sa naissance, empruntant naturellement les chemins tortueux de son esprit.

Bien entendu, ces tours et détours de sa psyché participent grandement à une autre de ses grandes caractéristiques : le mensonge. Hermès fût, est et restera jusqu’à son dernier souffle un incorrigible menteur. La vérité n’est pour lui qu’une image floue, qu’on peut tordre à loisir selon les besoins ou les envies de qui est assez habile pour la manier. C’est cette grande qualité - il la considère comme telle - qui l’aide à se tirer immanquablement de tous les mauvais pas où il se fourre de temps à autre de façon imparable. Bien sûr, les mauvaises langues diront, peut-être, que son statut de Dieu de la chance n’est peut-être pas étranger au phénomène non plus mais bon… Sa langue est bien plus habille que la leur…

S’il se fourre si facilement dans des mauvais pas, c’est pour plusieurs - et excellentes - raisons. La première, et sans doutes la plus frappante, c’est qu’il est un odieux voleur. Il faut peut-être préciser ici, pour ne pas qu’on le prenne pour un être vil et démoniaque qui aurait hérité quelque noirceur d’un certain oncle qu’on ne citera pas, qu’Hermès n’est pas quelqu’un de mauvais. Ni de vraiment bon, d’ailleurs, même s’il lui arrive de faire preuve de générosité, comme de fourberie. Il est plutôt totalement amoral, dans le sens, on l’aura comprit, non pas de la négation de la morale ou d’une opposition à celle-ci, mais bien dans celui d’un être qui y est totalement étranger.

Quand Hermès vol, ou ment, ou commet un quelconque autre « méfait », il est bien assez intelligent pour comprendre qu’un être moralisateur le jugera mauvais, de même qu’à l’inverse quand il rend un service il est conscient qu’on pourra le trouver bon. Mais lui-même ne se soucie pas un instant de savoir si ses actes sont bons ou mauvais, sauf quand il les réalise pour influencer telle ou telle personne. Mais alors c’est de la manipulation, et cette action-là non plus il ne la remet pas en cause dans le cadre de la moral. Pour lui, la morale est une norme qui ne s’applique pas à lui, dans aucun domaine que ce soit.

Ainsi, on ne sera pas étonné de savoir qu’en plus d’être un voleur, Hermès est aussi le Dieu de ses confrères mortels. N’hésitant pas à les protéger quand l’envie lui en prend, il lui arrive d’avantager ceux qui ont su attirer son attention ou gagner ses faveurs… Pour mieux les enfoncer plus tard s’il change d’avis ! Car c’est aussi un être assez changeant et imprévisible. Impossible de savoir ce qu’il pense vraiment, difficile de deviner ses actes et ses prochaines paroles. Amoral, comme on l’a dit, pour lui la trahison n’est pas un crime, du moins pas pour les choses superficielles ou envers les Mortels, et qui lui confie son destin joue une partie de dés contre la chance…

Malgré tout, il n’est pas dépourvu de qualité. Ainsi, il est aussi le protecteur des voyageurs, et même à titre gratuit qui plus est, même si bien sûr ceux qui y vont de leurs prières et de leurs offrandes de temps en temps ne sont pas les moins chanceux sur la route, étrangement. Cela se ressent d’ailleurs sur son caractère : il aime bien les voyages et n’est pas le dernier à descendre de l’Olympe pour arpenter le monde mortel, loin de là. Du reste, et c’est un autre de ses pôles positifs, il en a régulièrement l’occasion pour remplir son rôle de Messager des Dieux - et d’abord de son père, Zeus - rôle qu’il prend au sérieux - dans la mesure où il puisse être capable d’une telle chose, mais plus que n’importe quelle autre tâche… Même s’il lui arrive de jouer. C’est hum… heu… divin, après tout.

À côté de cela, c’est aussi le Dieu des marchands, et il en est d’ailleurs un lui-même. Habile aux marchandages de tous types, fortement aidé par son ingéniosité et sa ruse, il écoute toutes les prières accompagnées d’offrandes correctes, qu’elles soient émises par des marchands honnêtes ou malhonnête. Chacun ses choix, chacun sa voix. Puisqu’il se considère comme en-dehors de la morale, il n’essaye jamais d’attirer quelqu’un d’un côté ou de l’autre de la barrière sur laquelle il se tient joyeusement perché. Bien sûr, les malhonnêtes réussissent mieux dans presque tous les cas, mais ça ce n’est pas à cause de lui : de son avis, c’est dans la nature des choses.

Enfin, Dieu à l’esprit chaotique et mouvant, comme on l’a déjà évoqué, il aime à se distraire. Non étranger aux plaisirs des corps - et pas seulement avec les femmes -, il apprécie aussi de contempler les turpitudes des autres, que se soient celles des Mortels ou des Immortels. Il lui arrive ainsi fréquemment de suivre, sans que les intéressés n’en sachent rien, les existences de certains Mortels, comme quelques millénaires plus tard d’autres Mortels regarderaient un feuilleton. Parfois, il intervient de façon mineur - ou pas - pour rendre la chose plus piquante ou faire continuer un parcours qui l’amuse, mais peut aussi rester en retrait. De plus, son attention, comme ses faveurs, est mouvante, et les voleurs ou les marchands qui jadis étaient couverts par se regard peuvent finir par ne plus l’intéressé.

Dernier point, bien qu’aillant peu de descendants Mortels - le plaisir il est pour, les rejetons moins -, ou peut-être à cause de cela, ils font souvent partie de ceux qu’il observe, mi par une sorte d’étrange sentimentalisme, mi par une curiosité plus grande qu’à l’habitude - car, dans tout cela, il est bien sûr curieux - car des êtres portants son sang ne peuvent qu’être plus intéressants que le commun des Mortels, après tout. Mais il les laisse généralement vivre leur vie, c’est tellement plus amusant ainsi… Ultime petit tic, il lui arrive de jouer avec une pièce quelconque récupérée de manière douteuse ici ou là, la jetant dans l’air comme pour tester malicieusement la chance qui est son ministère…

LA FORME (Physique) :


Hermès est jeune. Enfin non, bien sûr, il est un Dieu, il est ancien - quoi que ce fût une question de point de vue -, mais aussi parce qu’il est un Dieu, il paraît jeune. On lui donnerait peut-être vingt ans, voir même un peu moins. Une légère barbe pousse sur ses joues, comme s’il avait oublié de la rasée au matin, quoi qu’il puisse s’en départir à l’occasion, si la situation ou ses fantaisies en décident ainsi. Du reste, son visage plein de jeunesse est aussi assez beau, beaucoup même, plein du charme de l’âge qu’il a choisit d’adopter bien des siècles plus tôt, par un mouvement presque inconscient de son être, dont il n’a prit conscience qu’après coup mais qu’il a trouvé tout à fait bienvenu.

Ces traits assez fins et charmants sont surmontés par de beaux cheveux d’un brun sombre et profond, au même titre que sa barbe, qu’il porte généralement coupés courts, par commodité autant que par goût, trouvant cela plus pratique pour certaines activités. Mais la clé de ce divin visage, se sont ses yeux. Des yeux couleurs d’océans ou de ciel tourmenté, comme deux mers jumelles contenues dans ses orbites, tourbillonnant sans cesse, à l’infini. Mouvants reflets de son âme changeante, ils sont pourtant totalement impossible à déchiffrer la plupart du temps, comme le reste de sa personne, et possède un charme qui leur est propre, sans rapport avec celui du reste de son corps. Un regard qu’il peut parfois masquer mais qui reste contant, simplement parce qu’il l’aime bien.

Son corps est à l’image de son visage, fin et bien découpé, agréable à regarder. Pas différent de celui d’un homme normal de l’âge qu’il affiche, tout du moins apparence, il se plaît à le vêtir de manières aussi diverses que variées. Aimant aussi bien les tenues noires ou sombres que colorées et voyantes, ou encore tout simplement banales, pour se noyer dans la foule, Hermès adapte ses vêtements à ses besoins où à ses envies, selon le type de discrétion qu’il recherche - quand il en recherche une - ou le type d’effet qu’il veut produire, quand ce n’est pas tout simplement un pur caprice irréfléchi de sa part, ce qui est tout à fait possible avec lui.

Il est par contre quelques « détails » importants qui ne changent pas, sauf quand il les dissimule, et ce n’est alors qu’apparences. Tout d’abord, ses fameuses sandales ailées, qui l’amusent toujours beaucoup malgré les années. Bien que non-nécessaires à ses petits tours, il les apprécie tout de même beaucoup, et trouve divertissant de voir des Mortels croire que lui enlever suffirait à le rendre vulnérable où à lui ôter certains de ses pouvoirs. En parlant de pouvoir, quand il s’affiche comme Dieu il marche rarement. Il aime flotter dans les airs, il ne le cache pas, ça l’amuse et puis c’est plus intéressant que de marcher, même si ce mode de déplacement est indispensable quand il se fait passer pour Mortel. Il dissimule alors ses sandales ailées en simple sandale ou en autre chose de même fonction, c’est selon.

Autre symbole, autre objet qu’il quitte rarement : son caducée. La baguette d’or a une valeur plus sentimentale qu’autre chose, mais il la garde tout de même, s’amusant de certaines petites utilisations qu’il lui a trouvées, notamment comme signe et proclamation de son identité, de sa présence ou de son autorité - quand il joue ses propres prêts ou fidèles, ça peut être intéressant. Lors de ses sorties « incognito », il le dissimule dans un objet ou alors dans sa ceinture ou ses vêtements. On trouve d’ailleurs souvent attaché à la dites ceinture une bourse plus ou moins remplie, sauf lorsqu’il veut jouer les discrets ou les pauvres.

Mais au-delà des apparences, des vêtements et des biens, il y a le corps lui-même, et ses performances. Car, au-delà de ses pouvoirs divins, Hermès possède bel et bien d’excellentes capacités physiques. Tout d’abord, il est rapide. Extrêmement rapide. Tous les Dieux possèdent des réflexes supérieurs à ceux des Mortels, mais sa propre vitesse est tout simplement stupéfiante. À la course, tout d’abord, la fuite étant une option qu’il est tout à fait capable de mettre en œuvre quand cela devient nécessaire, mais aussi voir surtout dans ses gestes, si incroyablement vifs et précis, un œil lambda peinant même parfois à suivre leur course tant elle est rapide.

Mais ce n’est pas tout. Il est aussi habile, souple et doté d’une grande dextérité. Parfait ambidextre, il est très habile avec ses mains, particulièrement dans l’art du vol. Car il n’a pas qu’une mentalité de voleur, il en a aussi tous les atouts physiques en plus de ceux tenant de l‘esprit ou du langage. Ses gestes trop vifs, trop habiles et trop discrets ne sont que très rarement perçu, même lorsqu’il s’amuse à descendre parmi les Mortels et à s’entraîner un peu à son activité favorite, sans pouvoirs, à armes égales. Il est très loin d’avoir volé - et pourtant il en aurait été capable - ce domaine de divinité, allant même parfois jusqu’à rober quelque objet à un Dieu ou une Déesse, pour garder la main.

À noter, sa vitesse est néanmoins bien réelle au niveau des jambes comme des autres membres. Messager des Dieux, il pourrait aussi être messager tout court tant il court vite et bien. Sans compter sur l’endurance naturel de cette divinité des voyageurs qui aime à prendre de temps en temps la route elle aussi, tout comme elle est capable d’une agilité avec tout son corps et non seulement ses mains, dans l’escalade ou les acrobaties, artistique ou non, par exemple, aillant pour but de séduire l’œil - il lui arrive de s’amuser comme ça - ou, sur un plan plus prosaïque, d’échapper à quelque poursuivant en colère - on se demande bien pourquoi.

De plus, bien que n’était pas le premier des musicien de l’Olympe, il ne faut pas oublier qu’il inventa les instruments de quelques-uns de ses confrères divins, et que le premier il joua de la lyre. Habile dans se domaine-là aussi, ses mains peuvent faire naître des mélodies qui, à défaut d’être enchanteresses ou envoûtantes, peuvent indéniablement être qualifiée de bien agréables.


.
Votre Histoire
.


La Mythologie et la Légende, sœur issues de la même portée, cordes d’une même harpe, faces d’une même pièce, tranchants d’une même lame, s’accordent avec la Réalité pourtant ô combien divergente sur l’ascendance d’Hermès, fils de Zeus et Maïa. Les trois ne s’entendent pas sur la date exacte de sa venue au monde, mais ce n’est pas bien grave, puisque lui-même ne s’en soucie pas le moins du monde, aillant cesser de compter les jours, les années ou même les siècles depuis si longtemps que si sa mémoire était nichée dans un esprit moins vif et habile, il aurait sans doutes même oublié l’événement.

Mais il s’en souvient, comme d’ailleurs il se souvient de sa naissance, quand il vint au monde, dans une grotte perdue au flanc du mont Cyllène, en Arcadie, pour, comme le disait le Poète, qui au fond reflétait fort bien la réalité, « être le tourment des hommes mortels et des Dieux immortels ». Au moins c’est clair. Net. Précis. Pas vraiment comme le sera le divin nouveau-né dans le reste de sa vie, mais ça fait une base solide. Le ton est donné, dès le début. Hermès, le voleur, le menteur, le tricheur, l’amoral, le rusé, l’ingénieux. Hermès, le tourment des Mortels et des Immortels.

Et dès cet instant où il bondit hors de son berceau et de sa grotte, alors qu’il vient seulement de naître, il est déjà irrémédiablement ce qu’il sera encore des siècles et des siècles plus tard. Première idée, première ébauche de méfait, déjà dans son esprit le soupçon du vol. Et l’audacieux enfant a déjà du culot. Il ne vise ni un Mortel ni une quelconque créature, mais bien un de ses frères. Comme quoi, une nature divine, ça s’impose directement, sans chichi, par essence, par passion, par vocation. Voleur dès ses premiers pas, dépourvu de moral dès son premier souffle.

En chemin, il rencontre une tortue qu’il n’hésite pas à tuer pour servir ses projets, et fait de sa carapace et de quelques autres menus éléments, un instrument nouveau, né des méandres tortueux de son tortueux esprit. Une lyre. La première d’entre toutes. Et chemin faisant il se met à en jouer, chantant et célébrant sa venue au monde, l’événement remarquable de sa propre naissance, parce qu’il fallait bien que quelqu’un le face, et qu’après les bases posées préalablement il était sans doutes bien peu probable qu’un autre s’en chargea pour lui. Il était peut-être bien jeune, mais déjà débrouillard, plutôt que d’attendre une ode, il se composa la sienne propre.

Finalement, il arriva à destination : le troupeau de son frère, le bel Apollon - remarquez encore l’instinct des dieux : il le sait beau même s’il ne la jamais vu. Et bien sûr, ne se privant pas pour le simple fait qu’il vole son demi-frère et un Dieu plus redoutable que lui, il dérobe non pas une, ni dix, mais cinquante bêtes, qu’il emmène sans se gêner le moins du monde, couvrant ses traces à l’aide de raquettes qu’il passe à ses pieds, remarquable invention de plus de son esprit astucieux et ingénieux. Il ne fallait tout de même pas que son fraternel aîné découvrit trop tôt l’auteur du larcin.

Car il a une idée derrière la tête. Démontrant encore une fois son astuce, il parvient à faire un feu avec l’aide de quelques morceaux de bois - la Légende dit qu’il lui en fallu seulement deux, mais c’est un Dieu rusé, pas un géni absolu, une bonne poignée fût nécessaire - et y fait cuire deux des bêtes qu’il vient de dérober. Non pas pour lui-même, mais pour sa famille. Prévenant, il offre la chair en offrande aux douze grands Dieux venus avant lui, leur consacrant le fruit de son larcin sans toucher lui-même au sacrifice qu’il vient de faire, et disperser les cendres avant de s‘en retourner chez lui.

C’était à la fois un défi à lui-même et un test. Un test qui l’a convaincu. Sa décision est prise : il exercera le premier et le meilleur des métiers, celui des plus intelligents et des plus habiles. Il sera voleur, pour le reste de son existence immortelle. Mais bien vite, il apprend aussi que si le vol c’est bien, il arrive aussi qu’on finisse par se faire prendre, et dans la foulée que le reste de sa famille n’est pas totalement dépourvue d’un reflet de son intelligence si aigüe. Son demi-frère Apollon découvre le coupable de la disparition de ses bêtes, et s’empresse d’aller trouver le jeune Dieu.

Premiers mensonges, premières échappatoires, et voilà l’affaire portée devant Zeus. Et pour la première fois, mais pas la dernière, et de loin, l’éloquence d’Hermès le sauve du châtiment. Il rendra le produit de son crime, et en échange les deux frères se réconcilieront. Profitant de l’occasion, et pour ne pas garder querelle avec son beau fraternel, Hermès lui fait une petite démonstration de lyre. Apollon est charmé, et échange l’instrument contre une baguette d’or. Première récompense durable et acquise de son « art », de ses vols, il s’attachera à l’objet, dont il fera son caducée, et se réconciliera pleinement avec son demi-frère.

Ainsi se termina le premier de ses méfaits, qui donna le ton de tous les autres. Rivalisant d’audace et de manque de scrupules ou de morale, s’en tirant toujours par d’habiles pirouettes verbales, Hermès s’imposa rapidement comme le Dieu de ses confrères voleurs, puis, peu à peu, ses paroles s’étoffant encore et ses marchandages se faisant plus retors, celui des marchands, même si certains prétendent que la différence est bien ténue entre ces deux domaines de sa compétence. Suivit l’ingéniosité, qui lui allait comme un gant, puis finalement la chance et la richesse, incurablement accolée à ses deux premiers ministères divins.

Au fil des ans, sa curiosité ne tarit pas, et il découvrit qu’il était parfois plus commode de trouver de l’amusement en regardant faire ses frères et sœurs divins, ou, mieux encore généralement, en suivant la vie de quelques mortels savamment choisit. Il apprit également nombre d’autres choses, et fini, par toutes ses pérégrinations incessantes et ses voyages sur le monde mortel, par se voir confié la charge de Messager des Dieux - principalement de Zeus - ainsi que celle de protecteur des voyageurs, son éloquence et sa voix agréable n’étant sans doutes pas totalement étrangères au premier post. Après tout, les paroles du Maître de l’Olympe doivent être retransmises avec un certain style.

Parmi ses autres découvertes, les plaisirs de la chair furent sans doutes une de ses préférés, et il arrêta bien vite de se laisser restreindre par des composantes aussi ridicules que le sexe de ses partenaires. Et ainsi, voleur, menteur, filou, rusé et indéchiffrable, profondément en-dehors de toute morale, Hermès traversa-t-il les siècles et les siècles sans rien perdre de son esprit si particulier…



.
Hors-Jeu
.


Pseudo - Gilou
Âge - 18 ans
Pays/Région - Belgique
Personnalité de l'avatar - Gaspard Ulliel
Les règles sont-elles signées? - Oui !

.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Hermès   Lun 25 Oct - 22:43

Un belge ! OUFTI FRITE ! Oui parce que les frites, vilains français, c'est BELGE ! =D Ahaaaaaaah ! Hum... Bienvenu Maître ès défis ! What a Face
Revenir en haut Aller en bas
Hadès
Cueilleur de derniers souffles
avatar

Emploi/loisirs : Tourmenter les mortels

Feuille de personnage
Nature: dieu
Relations:

MessageSujet: Re: Hermès   Lun 25 Oct - 22:49

Shocked En voilà un à qui on ne pourra pas dire que ça manque un peu au niveau du détail Very Happy

Tu es validé et je te souhaite de passer un bon moment parmi nous.

Tu peux débuter un rp si tu as déjà un partenaire de prévu ou demander un partenaire ICI
Si questions, tu peux t'adresser à moi, ou à Kiki (Celaeno mais tout le monde l'appelle Kiki Very Happy) ou à Zeus.

Tu peux demander un rang spécial ICI

Bienvenue !

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hermès
Incorrigible voyou...
avatar

Masculin Localisation : Ici et là... Je suis le Dieu du Voyage après tout ☺
Emploi/loisirs : Dieu des Voleurs, des Marchands et des Voyageurs, de la Chance, de l'Ingéniosité et de la Richesse, Messager Divin
Humeur : Indéfinissable

Feuille de personnage
Nature: dieu
Relations:

MessageSujet: Re: Hermès   Lun 25 Oct - 22:51

Hé ben, ça c'est de la validation rapide ^^

Merci tonton ! *lui fait un câlin et se sauve en courant à toute vitesse*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Celaeno
Sadique et fière de l'être...
avatar

Féminin
Feuille de personnage
Nature: harpye
Relations:

MessageSujet: Re: Hermès   Lun 25 Oct - 22:54


en même temps, on peut pas ne pas te valider Laughing


jsuis toujours aussi fan de toi Razz

_________________
    Hurting you is my pleasure...

    ______
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Hermès   

Revenir en haut Aller en bas
 
Hermès
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hermès, Dieu des Voleurs & du Mensonge
» Exploits d'Hermès
» Histoire et Ordre d’Hermès
» PNJs
» Hermès ♦ Solitaire [LIBRE]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Foll'Attique :: Avant toute chose... :: 
Présentations
 :: Validées
-
Sauter vers: